Le spécialiste du voyage responsable

Récompense Baština et Double Sens, lauréats des Palmes du Tourisme Durable 2018

Cent-six, c’est le nombre de candidatures reçues cette année par le comité de sélection des Palmes du Tourisme Durable ! Un nombre à trois chiffres pour une compétition de plus en plus sévère... Et sept catégories dans lesquelles se distinguer : transport, voyage, hébergement, loisir, destination et territoire, startup et information et formation. En prime : "un Coup de cœur du public" et un grand plaisir de voir deux partenaires Babel remporter la course !

« Le tourisme sera durable ou ne sera pas »

Bien plus qu’une « punchline », cette phrase est l’illustration d’une volonté d’un nombre toujours plus grand d’acteurs du voyage. Un tourisme qui se doit d’être durable donc… Et une nécessité pour tout un secteur, ayant la planète comme terrain de jeu.

Suite au comité de sélection du 29 Octobre au Welcome City Lab, ce sont 21 candidatures qui ont été retenues par leurs pairs, pour le caractère innovant, exemplaire et « duplicable » de leurs actions.

S’en est suivie, courant Novembre, une session de délibération par un second jury et un vote « grand public » en ligne. De ces différentes étapes, on été retenus les heureux élus ! Une reconnaissance des pairs et du public pour un titre représentatif des valeurs et actions concrètes menées en faveur d’un tourisme responsable, par les organismes sélectionnés.

C’est donc le 6 Décembre dernier qu’une soirée a été organisée à La Cartonnerie par TourMag et ATD, en partenariat avec le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères pour récompenser onze acteurs du tourisme pour leurs initiatives à la fois innovantes, exemplaires et duplicables en matière de tourisme durable

Ici la liste complète des heureux vainqueurs !

C’est avec conviction que l’équipe Babel s’engage à mettre en avant des agences et associations engagées dans un tourisme durable. C’est donc sans grande surprise que nous retrouvons quelques noms familiers dans la liste des lauréats !

Baština et ses voyages « si loin si proche », pour la catégorie Voyage

Convaincue que le voyage passe par les rencontres et le partage, et ce, même à côté de chez soi, Baština s’engage depuis quatre ans maintenant dans le projet européen « Migrantour », pour le développement de balades urbaines multiculturelles basées sur l’histoire des migrations à Paris et sa banlieue.

Récits de vie, découverte de l’histoire des quartiers, des cultures et savoirs qui fondent un territoire…. Voilà donc ce que propose Baština pour tisser de nouveaux liens sociaux dans une société oubliant bien trop souvent l’importance de cette connexion avec l’Autre. 

Des circuits guidés par des acteurs de la migration, nommés « passeurs de culture », en collaboration avec des étudiants d’universités, telles Paris Descartes, ou encore l’Université de Cergy-Pontoise.

Un programme qui a pour vocation de transformer l’image des immigrés dans l’histoire urbaine, de travailler à l’insertion professionnelle des migrants, en lien avec des professionnels du patrimoine et du tourisme.

Double Sens, coup de cœur du public

Depuis une dizaine d’année, Double Sens s’engage pour un tourisme durable et privilégie la rencontre authentique, le respect de l’environnement et le partage des retombées économiques.

Avec le Bénin comme destination historique, c’est aujourd’hui dans quinze pays qu’ils organisent des voyages, toujours en petits groupes, parfois participatifs, et toujours en lien avec la population. Un tourisme qui soutient donc des actions portées par des associations locales reconnues, tout en découvrant le pays et en vivant au plus près des communautés, dans le respect des cultures et de l’environnement.

C’est aujourd’hui leur solution MICROSOL qu’ils souhaitent mettre en avant, c’est à dire le financement de cuiseurs à bois économes auprès des populations les plus vulnérables au changement climatique. Depuis l’été 2017, Double Sens confie 25 € par voyageur à MICROSOL et propose à l’ensemble de ses voyageurs de compléter cet apport dans une démarche volontaire au moment de régler leur facture. De quoi réduire les émissions de gaz à effet de serre pour contrebalancer au mieux l’impact écologique.

ARTICLE ÉCRIT PAR :
Adèle Boudier le
Laisser un commentaire