Le spécialiste du voyage responsable

Toubab Dialaw Sobo Badè, un palais inattendu à 1h de Dakar

A 50km de Dakar, Toubab Dialaw est un beau village de pêcheurs de la petite côte, qui s’est ouvert au tourisme avec la création de Sobo Badé, superbe hôtel et refuge d’artistes. A flanc de rocher, le lieu semble s’être posé sur la plage, et, comme nous, n’avoir jamais voulu en partir.

L’immense plage sur laquelle est installée Sobo Badé n’est pas le seul attrait, loin s’en faut, de cet étonnant hôtel, conçu comme un espace d’art et de partage. Construit artisanalement et dans le respect de l’environnement, Sobo Badé et son architecture singulière sont le reflet de l’artiste qui l’a créé, Gérard Chennet. Vous pourrez, d’ailleurs, vous essayer à nombre de pratiques artistiques et artisanales tout en vous délectant de jus locaux.  


“L’art est au commencement et à la fin du développement”

Gérard Chennet, 91 ans, de retour de sa baignade quotidienne, nous rejoint tout sourire, devant les vitres colorées de son bureau. “L’art est au commencement et à la fin du développement”.  Quelle meilleure entrée en matière pour parler de Sobo Badè que cet emprunt à Léopold Sédar Senghor, dont il fut un compagnon de route et conseiller de la culture ?

Il a en effet mis l’art et la culture au centre de sa vie et de son oeuvre, tant et si bien que son petit cabanon en bord de mer est devenu le levier de développement central du petit village où il a choisi de s’installer. Pierre par pierre, il a, avec d’autres artistes, construit un univers unique : récupération de matériel pour la création, pierres volcaniques, bois de bambou, verre, et coquillages, fabrication, jusqu’aux carreaux qui pavent le sol, sculptures… un palais inattendu.

L’arrivée d’artistes, de troupes de théâtre, de groupes de yogis et autres visiteurs, puis l’ouverture au tourisme a permis une ébullition et a créé de l’activité autour de ce qui deviendra Sobo Badè.

L’artisanat local et l’art insufflent un rythme vibrant. Ateliers de céramique, de Batik ou de Kora, vous pouvez vous prêter au jeu. Les habitantes du villages créent de charmants bijoux qu’elles vendent à l’entrée de l’établissement, pêle mêle avec des souvenirs plus industriels. Découvrez à la nuit tombée la case à musique, pleines d’instruments traditionnels et d’artistes de talent. L’éventail des possibles s’ouvre encore avec la création à quelques minutes de là d’un grand théâtre, “L’Engouement”.

Un hôtel où chaque chambre est unique

A Sobo Badè, l’art est partout. Chaque chambre est unique, atypique, décorée de Batik fait main dans l’atelier de l’établissement. L’hôtel est séparé en deux parties, pensez à demander une chambre côté océan pour profiter plus encore du cadre. En effet, certaines chambres surplombent la plage, où les pêcheurs traditionnels remontent leurs filets.

Longez la plage pour admirer le ciel changeant au coucher du soleil. La zone s’étant développée autour du tourisme, de nombreux vendeurs ambulants vous aborderont sans doute (toujours avec bienveillance et sympathie), mais la balade vaut la peine. Profitez en d’ailleurs pour déguster du poisson grillé, on ne peut plus frais, dans l’un des petits restaurants qui longent la plage.

Le restaurant de Sobo Badè, quant à lui, propose une carte de produits locaux préparés avec finesse, ou de plats continentaux. Nous recommandons les jus artisanaux, d’avocat, de bissap (infusion d’hibiscus) ou de bouy (fruit du baobab). Ne serait-ce que pour le panorama imprenable sur l’océan, la petite mosquée blanche et bleue, les enfants jouant sur le sable fin, et les chaises longues et hamacs, où vous adorerez y passer  vos soirées.

La recherche de l’harmonie

Comment faire concorder les rythmes (art, nature, rythme humain) ? C’est ce questionnement central de l’artiste qui a influé sur la manière dont Sobo Badè respire et s’organise. En harmonie avec la nature, l’établissement prône une utilisation raisonnée de l’eau (pour l’eau chaude, pensez à la commander à l’accueil avant votre douche), et utilise un éclairage, et même un four, solaires.

C’est également l’harmonie avec le village et ses habitants qui est recherchée, en créant de l’emploi, mais également en permettant une vraie circulation entre l’intérieur et l’extérieur, et en mettant en avant les commerces et les artistes locaux. Malgré la transformation de la petite côte, déchirée par un tourisme dévoyé, Toubab Dialaw reste un havre de paix où profiter des superbes plages sénégalaises tout en respectant les populations locales et l’environnement.

Sobo Badè
30 Bargny Sur Mer, Toubab Dialaw
Email : sobobade2012@gmail.com
Tél. : +221 33 836 03 56 / Cél: +221 77 699 34 38
ARTICLE ÉCRIT PAR :
Léa Bouaroua le
Laisser un commentaire