Société

A la découverte de la culture vietnamienne

By Tiphaine Leblanc

Posté le 5 février 2018

Les vietnamiens, chaleureux, toujours de bonne humeur et prêts à faire de l’humour, vous feront découvrir la grande variété de paysages qu’abrite leur pays : de la tumultueuse Ho Chi MinhVille à l’incontournable baie de Halong en passant par les plages du Centre, il y en a pour tous les goûts. Ajoutez à cela un climat chaud, le dynamisme enivrant des villes et l’ambiance paisible qui règne dans les campagnes, et vous comprendrez pourquoi le Vietnam séduit tous ceux qui y mettent un pied… et y reviennent toujours.


Le voyage responsable reposant en partie sur l’apprentissage, partez en immersion au coeur du Vietnam et de ses habitants avec Babel Voyages et les Guides Tao.

« Quand tu bois de l’eau, pense à sa source »

Ce proverbe vietnamien dit tout : l’une des valeurs les plus importantes aux yeux des Vietnamiens est la famille. Le culte des ancêtres constitue à ce titre le plus grand pilier de la vie spirituelle des habitants, qui entretiennent les tombes des défunts et leur consacrent un autel dédié chez eux. La famille est sacrée au Vietnam et la solidarité et l’entraide en son sein sont primordiales. Les garçons restent toute leur vie proches de leurs parents, qu’ils se doivent d’aider, tandis que les filles quittent le cocon familial pour rejoindre leur mari après s’être occupé de leurs parents. On voit donc souvent cohabiter plusieurs générations.

La place des femmes

Au Vietnam, ne pas être marié à 27 ans, c’est être très en retard ! De plus en plus de jeunes femmes poursuivent des études, travaillent et s’inquiètent de ne pas être « dans les temps ». Elles se doivent aussi d’aider leurs parents tant qu’elles ne rejoignent pas la famille de leur mari. Ainsi, ces femmes se trouvent parfois face à une impasse : elles travaillent et vivent encore chez leurs parents, elles doivent donc rentrer le soir les aider, ce qui ne facilite pas les rencontres… Comment concilier vie à l’occidentale et attachement aux valeurs traditionnelles ? La transition n’est pas aisée pour toutes.

La vie en communauté

Au Vietnam, la barrière entre espace privé et espace public est floue : il n’est pas rare de voir un homme se faire raser en pleine rue, des femmes aller au marché en pyjama, et des vendeurs manger tous ensemble dans la rue. Ici, on se rapproche de ses voisins, on vit dans la rue et on s’entraide. A Hanoï, au XVIIe siècle, les habitants des villages installèrent des corporations pour vendre dans les villes : chaque rue était spécialisée dans le commerce d’un produit. Aujourd’hui, même si cela va à l’encontre de l’esprit concurrentiel occidental, les Vietnamiens ne voient aucun souci à cela : ils vendent tous et s’entraident.

Entre deux moments d’activité, les Vietnamiens improvisent des siestes n’importe où : un hamac attaché entre un arbre et un poteau, le siège d’une moto… N’importe quoi fait l’affaire, et ils se fichent pas mal du bruit de la circulation ou des passants. Il n’est pas rare non plus de devoir réveiller un commerçant qui faisait sa sieste dans son magasin : ne soyez pas gêné, il se reposait entre deux ventes ! Et ne vous étonnez pas de voir un commerçant aller demander de la monnaie si sa caisse est vide… à son voisin ! C’est un aspect du Vietnam qui charme les voyageurs comme les expatriés : ici, on n’est jamais seul.

Une culture à ne pas perdre

Le développement rapide des villes et l’augmentation du pouvoir d’achat amènent à une individualisation croissante des modes de vie. De plus en plus, on sent au Vietnam une occidentalisation des mœurs. En voyage, il est tout à fait possible de vivre « à l’occidentale » durant une semaine entière, et de ne rien entrevoir de la richesse culturelle qui fait la force et la beauté des Vietnamiens. Heureusement certaines initiatives locales visent à développer un tourisme communautaire au plus proche de la population.

Découvrez le dossier « les bons plans Tao » pour plus de détails sur des initiatives de tourisme responsable au Vietnam.