Siem Reap – Cambodge

Terre Cambodge

Slow travel et immersion cambodgienne

Terre Cambodge vous propose de vivre une expérience originale au plus près des familles cambodgiennes. En plus d’être de véritables spécialistes du Cambodge, l’équipe s’engage pour un tourisme durable et solidaire et prône le Slow Travel. Découvrez l’âme du Cambodge grâce à des voyages en complète immersion, à pied, en vélo et même à vélo électrique.

Découvrir le partenaire

Artisan du voyage sur-mesure

Créé par le suisse Laurent Hordener, l'agence locale Terre Cambodge fête ses 20 ans en 2019 !

L'agence de voyage locale basée à Siem Reap se compose de cin personnes. L'équipe est la même depuis des années, principalement cambodgienne, à part Bastien, le Product Manager, originaire de France. Phoun, le General Manager, est issu d'un drôle de recrutement. « C'était mon jardinier. Il n'avait jamais allumé un ordinateur de sa vie. Mais il avait une énergie et une capacité d'adaptation dingues ! »

Les guides et chauffeurs sont des travailleurs indépendants, fidèles depuis de nombreuses années à Terre Cambodge. Les guides locaux francophones ont adhéré aux valeurs fortes et aux types de voyages de l'agence. « C'était difficile au début, car il faut comprendre que pour un guide cambodgien, marcher ou faire du vélo, ce n'est très bien vu, moins bien que de sillonner le pays dans un 4X4 flambant neuf. Ils n'aimaient pas forcément et voyaient même ça comme un déclassement. »

Aujourd'hui ce sont de véritables guides Aventure qui accompagnent tous les voyages de Terre Cambodge. « La première rencontre avec le Cambodge c'est celle avec votre guide. Il vous donne les clés pour comprendre sa culture et devient la pierre angulaire d'un voyage réussi. »

I-M-M-E-R-S-I-O-N

La grande flexibilité logistique et organisationnelle de cette agence locale permet d'organiser l'itinéraire sur-mesure qui vous correspond. A condition de rester dans le pays au minimum une semaine et de bien vouloir dormir chez l'habitant pendant votre séjour. C'est une règle d'or chez Terre Cambodge : l'immersion.

« On ne s'occupe pas des demandes de voyage de moins d'une semaine. Les sauts de puce au Cambodge juste pour voir les temples d'Angkor ne correspondent pas à notre idée de la découverte. L'immersion n'est possible qu'en prenant son temps et en allant à la rencontre des cambodgiens. Travailler dans le tourisme et participer à une vision du voyage à laquelle je n'adhère pas n'est pas envisageable. Jamais je ne loue des voitures avec chauffeur à des touristes pressés de tout voir. Trois pays en une semaine ? A quels échanges s'attendent-ils avec les populations locales dans ce type de voyage ? Ce sont les gens qui nous éclairent sur leur culture ! »

Lors d'un voyage avec Terre Cambodge, vous avez la chance dans votre itinéraire de découvrir une région montagneuse au nord des temples d'Angkor, Phnom Kulen, la « montagne aux litchis ». « On vous emmène dans la partie nord du parc national de Phnom Kulen, dormir dans des villages difficiles d'accès, au cœur d'une forêt tropicale luxuriante. Là, vous aurez la chance de découvrir l'hospitalité cambodgienne, le partage et l'accueil. »

*Avec Terre Cambodge, vous êtes les seuls à rencontrer ces familles. Le mot «homestay» ou « chez l'habitant » n'est pas galvaudé. Vous ne dormez pas en guesthouses avec d'autres voyageurs. Dans les villages, ce sont des gens que Laurent connaît, avec qui lui et son équipe ont créé une vraie relation : dans ces maisons traditionnelles en bois sur pilotis, les cuisiniers de Terre Cambodge s'assurent du minimum de règles d'hygiène, en cuisine mais aussi avec l'aménagement de sanitaires, pour ne pas complétement oublier le confort des voyageurs.*

Impact positif sur le territoire

Dans cet ancien bastion khmer rouge complètement délaissé, économiquement très pauvre, Terre Cambodge a amélioré progressivement le quotidien des gens grâce aux flux de voyageurs. En amenant une manne financière et de nouveaux métiers.

L'idée est de former les villageois à développer une activité génératrice de revenu, toujours dans un but d'autonomisation de la population locale. Grâce à Terre Cambodge, certains peuvent compter aujourd'hui sur un petit revenu touristique. « Le but n'est pas de les rendre dépendants au tourisme, mais bien de générer de nouveaux revenus et métiers liés au tourisme. » insiste Laurent. « Dans cette perspective, on maintient aussi leurs traditions, ou on les aide à les retrouver. »

Depuis 2010, Terre Cambodge soutient activement l'ONG ADF Kulen, basée au Phnom Kulen. L'agence participe à des programmes de sécurité alimentaire, de protection de l'environnement, de santé et d'éducation pour aider les communautés du Parc National de Phnom Kulen. Quand Laurent nous parle des différents projets avec l'association, il nous lance spontanément : « Pour moi, la priorité c'est l'éducation. Miser sur les prochaines générations, celles qui n'ont pas été bousillées par la guerre. »

Ode au Slow Travel

Pour les itinéraires spécialisés VTT et vélo électrique, Terre Cambodge a créé deux entités à part à Siem Reap : Biking Cambodia et E-bike Cambodia.

Un ingénieur français est venu leur montrer comment monter des batteries sur des VTT pour les transformer en vélo électrique. « Importer des vélos électriques au Cambodge, c'est possible, mais en cas de problèmes, on ne peut rien faire. Alors on a créé notre propre flotte, dix E-bike, que nous sommes capables d'entretenir de manière autonome. »

Avec ces nouveaux voyages à vélo électrique, Laurent veut promouvoir encore davantage une autre façon de se déplacer et limiter considérablement les trajets en voiture. En deux-roues, le voyage prend un autre sens, un autre rythme, on se sent plus libre, on se fond dans le mode de vie local.

Voyager à vélo est une expérience tellement plus enrichissante qu'un voyage classique avec la course impossible voiture-visite-hôtel. « Avec les vélos électriques, on pédale toujours bien sûr, mais on abat deux fois plus de kilomètres que sur des vélos classiques. Et puis, tout le monde n'a pas la condition physique pour les trips aventure en VTT. L'idée c'est aussi de pouvoir venir en famille, à tout âge, que tout le monde participe. »

Pour Laurent, un voyageur est bien plus qu'un touriste, il vient se faire plaisir, observer et apprendre. Découverte ou aventure, l'esprit des voyages de Terre Cambodge est le même : voir moins de choses, prendre le temps de s'arrêter et voyager lentement.

Quand on lui demande comment voit-il l'avenir du tourisme au Cambodge, il est plutôt optimiste vis-à-vis des comportements de nouveaux voyageurs.

« En ce moment, la tendance est au développement du tourisme balnéaire au Cambodge. Pour que le voyageur ait un produit de consommation complet : temples, nature, villes, plages. L'idée ne me plaît pas vraiment. Par contre, celle de sensibiliser et transformer la vision du tourisme auprès des nouveaux voyageurs, principalement chinois, voilà un challenge de taille ! Contrairement aux idées reçues, les voyageurs chinois que je rencontre sont curieux, actifs et ont les moyens. Ils ont surtout envie d'apprendre et découvrir, ils n'ont pas eu la chance de le faire avant. Loin du cliché du gros voyage en groupe organisé, on voit de plus en plus de voyages individuels, le tourisme en Asie change et en bien ! »

Enfin, pour conclure, nous lui demandons quel état d'esprit adopter lors d'un voyage avec Terre Cambodge. « Dans cette société de consommation, on se demande toujours si le produit est conforme à nos attentes, si le prix est justifié, si on en a pour notre argent. Pour moi, quand on voyage, l'essentiel est de faire confiance, se laisser porter et prendre son temps. Il ne devrait même pas être nécessaire de lire le programme que l'on vous envoie. Le voyage, c'est l'aventure non ? »