News

Babel fait valoir en direct son côté Gaillard !

By Laetitia Santos

Posté le 30 octobre 2011

Depuis vendredi, la 2e édition d’Icare, le Festival du Tourisme Responsable de Brive-la-Gaillarde, anime le Théâtre et son parvis. Un rendez-vous riche en belles rencontres et en doux rêves de voyage qu’on vous raconte de suite !


Après un voyage de quatre heures et demi en train à partager un compartiment à six, Babel Voyages a débarqué à Brive-la-Gaillarde pour vivre la deuxième édition du Festival Icare, qui met à l’honneur le tourisme responsable. Entre projections, expos photos, cafés-débats, et rencontres authentiques, on passe là un super week-end à dénicher plein de bons plans et à échanger avec des voyageurs de tous horizons.

Samedi 29 octobre

Bon ok, on a loupé la journée professionnelle du vendredi mais peu importe, les deux jours restants sont consacrés aussi bien au grand public qu’aux pros du secteur. On découvre avec plaisir le tout neuf Théâtre de Brive autour duquel s’organise l’évènement et l’office de tourisme a fait les choses bien comme il faut !

Le parvis est investit par Les âmes rebelles, des tirages grands formats de Reza, le célèbre photographe invité d’honneur du festival cette année, ainsi que par deux yourtes et une tente berbère qui accueillent respectivement l’exposition Explorateurs du toit du monde, un atelier pour enfants et un griot conteur qui nous fait voyager par les mots. A l’intérieur du théâtre, deux expos photos dont une très belle intitulée Femmes d’Afrique de l’ethnographe et photographe Xavier Van der Stappen, venus de Belgique dans une vieille voiture transformée en prototype électrique. Un personnage ce monsieur ! Deux salles projettent des films qui nous embarquent aux quatre coins du monde et tirent le portrait à des entrepreneurs du voyage responsable. Et dans ce décor, on croise des voyageurs-aventuriers, on prend un verre avec et on échange en salle de presse avec Voyageons Autrement, ATD, Viatao et autres acteurs du secteur.

16h30. On se trouve un siège en salle 2 et on découvre Carnet de route en Oubritenga, une pellicule de l’association Accueil Paysan qui tente ici de mettre sur pied un bon exemple de tourisme solidaire au Burkina Faso. On discute ensuite du film avec Jean-Marie Perrier, président d’Accueil Paysan et lui-même agriculteur français et on file au café de l’Entracte, attenant au théâtre, pour participer au débat Internet et voyages. Quand on sait que 80% des touristes préparent leur voyage sur Internet, on peut s’interroger de savoir si la Toile et les réseaux sociaux peuvent contribuer à une forme de tourisme plus responsable. Echange intéressant nourri notamment par l’engagement du directeur de l’office de tourisme de Brive, Stéphane Canarias.

Après quelques spécialités locales avalées dans un petit resto du centre historique de Brive, on file dans la grande salle de projection du théâtre où doit se tenir le clou de ce festival, Derrière l’objectif de Reza, un film qui suit le retour en Afghanistan du photographe et ami du regretté commandant Massoud, Reza, qui, huit ans après la disparition du combattant de la liberté marche dans ses pas pour dresser le portrait de l’Afghanistan d’aujourd’hui. La soirée débute par la remise d’un prix photo à Jérôme Ballet qui a tiré le portrait avec beaucoup d’humanité et de fraîcheur à une petite fille Miao. On aura d’ailleurs l’occasion de vous reparler de cet homme qui est également le dernier à organiser des tours du Mont Blanc totalement en indépendant avec son agence Altitude Nature. La journée s’est terminée par les quelques larmes d’émotion de Reza et par un débat puissant et profond animé par la voix de cet humaniste engagé, ce "photographe de paix" comme il aime à s’appeler.

Puis on s’en est allé rejoindre Les Collines de Sainte Féréole, une résidence zen et nature au beau milieu de la campagne corrézienne à quelques minutes de voiture de Brive. Dans notre habitation semi-troglodyte, on a pu se reposer dans une paix tranquille et sous une voix lactée brillante pour attaquer au mieux la journée du lendemain.

Dimanche 30 octobre

On tire les rideaux des immenses baies vitrées de notre gite et on laisse le soleil automnal inondé notre habitation. Une nouvelle journée se lève sur le festival Icare, la dernière pour cette 2e édition, il est temps d’en profiter.

Après un petit-déjeuner bio et quelques mots échangés avec le directeur des lieux, on file au théâtre pour la première interview de Babel pour une radio locale, Bram FM. On échange en salle de presse avec Voyageons Autrement et ATD, on avale en vitesse un déjeuner au soleil et on traverse la vieille ville pour aller au Rex où est diffusé à 14h le très beau film de la réalisatrice Céline Moulys, Föllmi’s Destiny. Une pellicule qui nous fait revivre les 30 ans de vie d’Olivier et Danielle Föllmi, deux amoureux d’Himalaya, véritables aventuriers des temps modernes qui ont voué leur destin à cette région du monde.

Après la projection, on en discute avec Céline, une jeune femme elle aussi passionnée d’Himalaya qui vous transmet son sens de la vie avec une énergie et une perspicacité incroyables. Déjà hier soir, son don d’oratrice nous avait séduit lors du débat avec Reza. Le bouddhisme, les Föllmi, le tourisme au Laddakh et au Zanskar, le quotidien des héros du film aujourd’hui, tout y passe.

Puis Céline file et nous avec elle. Un petit détour par la galerie L’Appart pour admirer les clichés en noir et blanc de Vincent Buron, quelques nouveaux échanges au Théâtre avec des pros et déjà, l’heure de remonter dans le train pour Paris profile à l’horizon.

Pas grave, on ramène dans notre bagage tout un tas de bons plans et de contacts dont on va vous faire très bientôt profiter et rédiger tout ça ne fera que prolonger ce week-end fort en échanges et en voyages. Vivement l’année prochaine que Babel Voyages participe activement aux festivités.