Comprendre les temples

Société

Par Viatao

Posté le 7 février 2012


Le monastère thaï, ou wat, est composé de plusieurs bâtiments souvent entourés de grands et beaux arbres.

A chaque bâtiment correspond une fonction bien définie :

Le wihan est un hall rectangulaire sous une grande toiture. On y pénètre par une extrémité, souvent celle du côté est, face à la statue du Bouddha qui en domine l’intérieur. Il sert aux cérémonies du matin et du soir, organisées par les moines en présence du public laïc.

L’ubosot est le hall d’ordination, dévolu aux cérémonies propres aux moines. Il ressemble au wihan mais s’en distingue par les huit stèles de pierre qui l’entourent.

Le chedi est la forme thaïe du stupa, à l’allure de cloche ou de cône. C’est un monu- ment massif dans lequel on ne pénètre pas. Il abrite des reliques ou les cendres d’un moine vénéré, déposées au moment de sa construction dans une petite cavité emmurée pour toujours.

Le prang est considéré comme un autre type de stupa. De forme très élancée et de plan sensiblement carré, il imite les formes de la tour centrale des temples khmers. Comme le chedi, c’est un monument commémoratif ou un reliquaire.

Le mondop est un bâtiment carré, construit pour abriter une statue du Bouddha, d’un de ses disciples, ou la sculpture de l’empreinte des pieds du Bouddha.

Les grands monastères comportent également d’autres bâtiments :

Le clocher, ho rakhang, petite tour dans laquelle une cloche ou un tambour scande la journée monastique.

Le sala kanparian, hall destiné aux rencontres entre moines et laïcs et à la prédication.

Le ho traï, bibliothèque où l’on conserve les manuscrits religieux, les copies des textes sacrés, l’histoire du monastère. Elle est parfois construite au milieu d’une pièce d’eau pour empêcher les termites de dévorer les manuscrits.

Les kuti, où résident les moines, petites maisons isolées, ou longs bâtiments divisés en plusieurs cellules, sur pilotis, en bois ou en brique.

Pierre Pichard. Architecte de formation, il a largement contribué avec l’Unesco à la conser- vation de monuments historiques en Thaïlande etenAsie. Il a créé le bureau de l’efeo (Ecole française d’Extrême Orient) à Bangkok et dirige un programme d’étude comparative du monastère bouddhique.

Pour en savoir plus sur les guides de tourisme durable : www.viatao.com