Société

De la diversité culturelle au développement touristique du Sri Lanka

By Sophie Squillace

Posté le 5 février 2018

Plages idylliques, faune sauvage abondante, cités bouddhistes, temples hindous, forêts primaires, terre des épices, des pierres précieuses et du thé : il y a tout au Sri Lanka. Cette petite île offre un contraste saisissant tant par la diversité de sa géographie que par l’hétérogénéité de son peuplement. Elle a gardé l’empreinte d’une multitude d’influences pour se forger une identité unique. C’est l’île du sourire, de la nature et de la spiritualité. C’est aussi un pays qui sort d’une histoire tumultueuse, et qui connaît un développement touristique très récent. Dans ce contexte, les choses changent plus facilement et les initiatives responsables se multiplient grâce aux voyageurs et aux acteurs du tourisme sur place.


Le voyage responsable reposant en partie sur l’apprentissage, partez en immersion au coeur de l’histoire et de la culture Sri Lankaise avec Babel Voyages et les Guides Tao.

Un melting pot étonnant

Avec un peu plus de 22 millions d’habitants, le Sri Lanka est une grande mosaïque culturelle et religieuse. Les deux communautés principales sont les Cinghalais majoritairement bouddhistes (70%) et les Tamouls essentiellement hindous (15%). Religion et ethnie se confondent, être Cinghalais, c’est être bouddhiste et vice et versa. Néanmoins de petites communautés cinghalaises, tamoules ou musulmanes pratiquent le catholicisme, introduit par les missionnaires portugais. On recense environ 9% de musulmans et 6% de chrétiens, dont les Burghers, descendants des colons portugais, hollandais ou anglais.

Profondément enraciné, le bouddhisme continue à jouer un rôle majeur dans la vie culturelle, spirituelle et politique du pays. Des temples, vous en verrez partout. Les grandes stupas blanches abritant des reliques sont appelées dagobas, avec à leur côté d’immenses statues de bouddhas, plus ou moins anciennes, dorées, debout ou couchées. L’année est rythmée par un calendrier de festivités impressionnant entre les « poyas », jours de pleines lunes, et les autres fêtes religieuses et culturelles. Les festivals les plus importants prennent la forme d’énormes processions et parades.

Les hindous sont surtout présents à Colombo, Kandy, dans le Nord et l’Est du pays. Leurs temples colorés appelés « Kovil » vénèrent principalement Shiva. Loin d’être figées par zone géographique, les religions se mélangent à travers tout le pays. Il est fréquent de voir des statues de divinités hindoues côtoyer Bouddha ou Jésus. Les dévots des 4 religions affluent d’ailleurs tous ensemble lors de grands pèlerinages, au sommet de l’Adam’s Peak ou au festival de Kataragama.

Conflits et renaissance

À partir de 1983, le pays sombre dans la violence inter-ethnique entre Cinghalais et Tamouls. Le conflit entre le gouvernement et le mouvement des Tigres de Libération de l’Eelam Tamoul (LTTE) va durer 26 ans. Les régions Nord et Est du pays sont le théâtre sanglant de ces affrontements.

En 2009, le Président Rajapakse met un terme à cette guerre civile. Par ailleurs, en 2004, le pays est touché par un tsunami dévastateur faisant plus de 30 000 morts. Aujourd’hui, le Sri Lanka renaît de ses cendres et se reconstruit rapidement.

Le pays connaît un véritable boom économique et touristique. Il entretient des relations privilégiées à la fois avec la Chine et l’Inde et tient une place importante dans l’économie régionale. Son économie est dynamique, elle repose sur un fort capital humain, des infrastructures fiables et une position géographique stratégique au cœur des routes maritimes qui relient l’Asie à l’Europe.

Laboratoire du tourisme responsable

L’activité touristique qui avait souffert du conflit armé et du tsunami meurtrier de 2004 jouit d’un réveil inattendu. 8 sites inscrits au patrimoine mondial de l’UNESCO, des plages de rêve, une nature intacte et une faune sauvage abondante : le dépaysement est immédiat.

L’accueil des Sri Lankais est généreux et les nombreuses activités sont particulièrement adaptées aux voyages en famille. Avec un peu plus de 2 millions de visiteurs en 2016, le tourisme est un secteur d’avenir représentant environ 10 % du PIB. Regarder l’avenir, maintenir la paix et la prospérité, accueillir le retour des touristes et vivre ensemble, c’est tout ce que souhaitent les Sri Lankais. Le pays est dans une phase de transition et les choses peuvent être converties facilement. Agissons maintenant pour un tourisme durable en soutenant des projets qui protègent l’environnement et contribuent à l’amélioration des conditions de vie des communautés locales.