Babel Plans

Graines De Désert, l’agrotourisme aux portes du Sahara

By Sophie Noëlle

Posté le 6 mai 2019

Situé aux confins du Maroc dans la palmeraie de M’Hamid el Ghizlane, Graines De Désert est un espace hybride, un jardin de plantes médicinales pensé par Béatrice qui réalise elle-même ses soins à base de produits naturels.


Il n’a pas fallu grand-chose pour convaincre Béatrice, agricultrice et transformatrice qui travaille avec des plantes depuis plus de vingt ans de quitter la France. « J’avais envie de vivre une autre expérience, j’ai tenté de trouver un poste dans une ONG, mais cela n’a pas abouti alors j’ai décidé de voyager. Je n’ai pas choisi le Maroc c’est le Maroc qui m’a choisi » explique la Jurassienne qui a fait ses valises avec ses trois enfants. Un voyage et une poignée de belles rencontres ont eu raison de la petite famille qui décide de se lancer en achetant un terrain en 2015.

« J’ai voulu créer un projet agrotouristique en plein cœur de la palmeraie de M’Hamid, une petite bourgade dans la vallée du Draâ. Graines de Désert c’est un jardin fait de plantes médicinales avec lesquelles je confectionne mes baumes et mes soins ». Situé à l’extrême Est du Maroc, à 35km de la frontière algérienne, la palmeraie se trouve dans la dernière oasis de la vallée.

« Nous sommes aux portes du Sahara, M’hamid était un grand carrefour commercial, les caravanes de chameaux et d’ânes passaient par ici pour aller à Marrakech. C’était un point important, il y avait de l’eau, des dattes et des marchandises » poursuit Béatrice.

Paradoxalement, quoi de mieux qu’un jardin pour lutter contre la sécheresse ? « Cela permet de faire barrière au désert qui avance inexorablement, les végétaux captent l’humidité pendant la nuit tout en limitant l’avancée des dunes ». Même si le mot palmeraie fait rêver, la vie dans le Sahara n’a rien d’un long fleuve tranquille. Le manque d’eau représente un défi quotidien que Béatrice et son jardinier surmontent avec passion. « Je dispose d’un puits qui me permet d’irriguer mon jardin, mais l’eau demeure un petit peu trop salée et les violentes tempêtes de sable ont tué de nombreux rosiers ».

Un jardin dans le désert

Sur son terrain de 8000 m² poussent câpriers, citronniers, grenadiers, oliviers, figuiers et rosiers. « Je fais pousser du henné, un buisson qui peut atteindre 1,50 m de haut et des blettes, ça marche d’enfer ! » s’amuse Béatrice qui pense déjà à ses futures cultures de calendula, de nigelle ou de lin.

Cette dernière fabrique ensuite des produits comme le baume du Jmel, un antidouleur à base de beurre de karité, de cire d’abeille, d’huile de ricin proche du baume du tigre blanc, version Sahara. Des produits vendus au village, chez elle ou dans des boutiques à Marrakech.

Béatrice n’a pas oublié la population locale qui constitue sa clientèle première « même si la médecine moderne occupe ici comme partout ailleurs de plus en plus de place, les habitants sont de bons clients, ils apprécient les plantes médicinales et ils ont coutume de se soigner avec ». Majoritairement sahraouie et partiellement nomade la population utilise depuis toujours les nombreuses plantes thérapeutiques des dunes.

Des treks médicinaux dans la vallée du Draâ

Aux visiteurs de passage, Béatrice propose une expérience en immersion au cœur de la vallée du Draâ avec une découverte de son jardin et de la palmeraie, « nous avons aussi la possibilité de poursuivre avec un déjeuner chez des voisins qui cuisinent et ouvrent leur maison ». Quoi de mieux pour découvrir la région célèbre pour ses ksour, des villages fortifiés berbères, qu’un trek dans le désert ?

Alors que les touristes sont de plus en plus nombreux à arpenter les dunes en 4x4, Béatrice, elle, préfère le dromadaire. « J’organise des sorties allant de deux heures à vingt et un jours, en bivouac sauvage ou aménagé. Je construis le circuit avec le client alors tout est envisageable. Un client a voulu faire un trek en silence, je me souviens d’une expérience étonnante ! ». Pour cumuler ses passions, Béatrice organise des treks médicinaux. Car oui, il n’y a pas que du sable dans le désert !

Pour l’occasion le guide est un nomade qui connaît le oued comme sa poche. Il parcourt les dunes pour identifier les plantes comme le calopropys procera. Aussi connu sous le nom de pommier de Sodome, cet arbuste des régions arides dispose de nombreuses vertus. « Il cumule les propriétés médicinales. Alors que ses feuilles chauffées dans de l’huile soulagent les rhumatismes, son lait soigne les problèmes de peau » raconte Béatrice avant de préciser que le calopropys procera comme les autres végétaux du désert ne sortent qu’après un passage, même bref, des pluies !

Graines de Désert

Jardin de plantes médicinales où l'on propose également des découvertes de la vallée du Drâa.

Coordonnées

+212 6 59 74 38 55 Fixe : +212 5 24 84 89 47

grainesdedé[email protected]

http://grainesdedesert.com/

Douar Aarib, M’Hamid El Ghizlane, BP 27 – 47402, Zagora, MA