Vécu et approuvé

Ilha Grande : l'île qui a tout d'une grande

By Laure Croiset

Posté le 3 mai 2011

"Oh Dieu, s’il y a un paradis sur terre, il n’est pas loin d’ici !", aurait clamé le navigateur italien Amerigo Vespucci en s’approchant de la baie d’Ilha Grande. Une réserve naturelle protégée de 193km2, située entre Sao Paulo et Rio de Janeiro, sans voitures ni banques... Un paradis perdu que nous avons choisi d’explorer fin avril. Inoubliable.


Des favelas de Rio à notre havre de paix

"Tout commence par un transfert organisé par notre Pousada (l’équivalent des chambres d’hôtes françaises). De notre hôtel onéreux et bien ordinaire de Copacabana, Carlos, notre sympathique chauffeur de la compagnie de taxis de Conceição de Jacarei nous conduira sur une petite crique d’exception qui fait face au village d’Abraão, principal village d’Ilha Grande. Pour R$190, le luxe nous a gagnés et c’est donc avec un brin de culpabilité que nous nous fîmes conduire des routes désolées des Favelas de Rio, où les accidentés font légion, jusqu’au littoral de la Costa Verde. Le paysage prend alors une toute autre dimension, nous offrant une alliance de couleurs insoupçonnables entre le vert de la forêt luxuriante de la terre et l’eau turquoise de la mer. Puis c’est directement sur le ponton de Jacarei que nous attendra une petite traversée en geolette de 55 minutes, direction le village de Abraão, où sont localisées les principales pousadas d’Ilha Grande. Un transfert à R$20 par personne pour une arrivée de nuit sur l’île. Pour atteindre la Pousada Manaca située rua de la Praia, il nous faudra longer la plage sur 200 mètres avant de découvrir notre petit havre de paix.

Un tourisme raisonné

Traversant le jardin de cette maison séparée par une jolie courette, nous franchissons un escalier en bois et posons nos sacs à dos dans une charmante chambre parfaitement conçue (R$170 la nuit). Comme tout équipement installé sur Ilha Grande, l’eau chaude fonctionne à l’énergie solaire et la climatisation est à très faible consommation. Bois noble et verre constituent les principaux matériaux de cette maisonnette conçue par Gérard, le tenancier de la pousada, installé depuis 30 ans sur l’île. Véritable institution sur Ilha Grande, cet homme généreux n’hésitera pas à vous dévoiler tous ses secrets et vous parlera du temps où les cultivateurs, les pêcheurs et les prisonniers constituaient la seule population de l’île. Au détour d’une conversation, nous apprendrons qu’une législation limite les structures hôtelières en nombre et en taille, afin de respecter la réserve naturelle et développer un tourisme raisonné et équitable. Point de grandes barres d’hôtels donc, juste de jolies maisonnettes, offrant un accès direct sur la plage. Quelques commerces, restaurants et bars, mais développés avec parcimonie.

Sur la plage abandonnée...

Inutile de trop s’attarder sur le village, nous préférons nous engager sur les multiples sentiers qu’offre Ilha Grande, à la découverte de criques isolées, des merveilles de la forêt, des cascades luxuriantes et autres piscines naturelles. Nous découvrons que l’eau consommée ici est pure et naturelle et provient des sources de la montagne. Elle est captée, stockée dans de grands réservoirs et distribuée par un système de canalisation. Fait exceptionnel, Ilha Grande n’a pas de station de traitement des eaux. La circulation, tout comme les banques sont inexistantes sur le village. Il faudra donc bénéficier d’une bonne forme physique pour atteindre l’une des dix plus belles plages du monde, la Praia Lopes Mendes, située sur le versant Atlantique de l’île. 3 heures de marche plus tard à affronter bêtes volantes et autres surprises de la jungle, la plage vertigineuse d’une quiétude absolue, destination privilégiée des surfeurs, vous donnera la sensation d’être seuls au monde. Préférant marcher au loin, nous passons notre chemin sur les quelques vendeurs de sandwichs et touristes brésiliens bien décidés à entamer une partie de soccer beach et nous optons pour l’ombre d’un amandier reculé afin de profiter au mieux du paysage superbe et des reliefs de la nature. Pour rentrer au village, une geolette nous attendra sur le ponton principal, situé à 30 minutes de marche de la Praia Lopes Mendes. Une traversée de 40 minutes en compagnie des tortues et dauphins de l’île plus tard, nous voilà arrivés au village, prêts à déguster une délicieuse açaï (baie locale) glacée sur le port d’Abraão.

De nombreuses autres balades s’offrent alors à nous : d’un côté, les criques isolées, parfaites pour une journée de kayak, de l’autre, la plage de sable noir et les vestiges des cachots d’Ilha Grande vous mèneront en hauteur, jusqu’aux arcades de l’île et sa rafraîchissante piscine naturelle. La descente sur le village nous offre une vue imprenable sur le port d’Abraão. Oubliez l’option journée au Lagoa Azul proposée par les principales agences du village. Engagés dans un bateau surchargé avec sono à fond et touristes alcoolisés en tous genres, nous avons été déplacés d’un point de chute à un autre, avec cette désagréable sensation de rejoindre l’univers désolé du tourisme de masse. A noter : le snorkeling proposé ici n’est d’un intérêt que très relatif.

Calamars, poissons frits et caïpirinha

Pour se restaurer, l’île regorge de bonnes adresses. Le Biergarten, notre cantine de prédilection à Abraão, propose un vaste buffet d’aliments locaux, variés et équilibrés. Ce restaurant au kilo (une spécialité brésilienne) aux prix raisonnables s’étend sur une charmante courette, où se côtoient tranquillement touristes brésiliens et européens, sans oublier un fort sympathique musicien argentin. Avant cela, nous nous sommes attardés sur la plage pour déguster une caïpirinha au Café do mar, plus apprécié des jeunes, qui propose aussi de délicieux lula doré (les calamars frits). Deux excellentes adresses pour déguster les poissons locaux : le Dom Mario, qui accommode ses poissons de sauces aux fruits exotiques et les agrémentera de courgettes généreusement rôties et le Lua E Mar qui propose une carte simple et fraîche dans un décor agréable, les pieds (presque) dans l’eau. A noter : l’ambiance électrique du Kebab Lounge tenu par un Français, plus central et nettement plus généreux côté cachaça.

Sept jours paradisiaques sur une île qui apparaît exemplaire en matière de tourisme, voilà une belle alternative aux séjours tout compris. Attention tout de même, le retour à la civilisation est brutal. Mieux vaut prévoir une petite escapade au charmant village de Paraty avant de vous replonger dans l’effervescence de Rio !

Nos meilleures adresses sur Ilha Grande :

Pousada Manacá
Praia do Canto - Vila do Abraão
Ilha Grande - Rio de Janeiro - Brazil
Tel : + 55 (11) 3717 3361
http://www.manaca-ilhagrande.com/

Restaurant Dom Mario
Rua da Praia - Praia do Canto - Vila do Abraão
Ilha Grande - Rio de Janeiro - Brazil

Restaurant Lua e Mar
Praia do Canto - Vila do Abraão
Ilha Grande - Rio de Janeiro - Brazil
Tél : (24) 3361-5113 ou (24) 3361-5761.
E-mail: lua.e.mar@uol.com.br

Restaurant au kilo Biergarten
Av. Getulio Vargas 161
Ilha Grande - Rio de Janeiro - Brazil

Café do Mar
Praia do Canto
Ilha Grande - Rio de Janeiro - Brazil
Tél : (24) 3361-9446

La meilleure agence de l’île (parlant français et anglais)
SUDOESTE SW TURISMO
Rua da Praia, 647 - Abrãao
Ilha Grande - Rio de Janeiro - Brazil
Tél : (24) 3361 5516