Babel Plans

La plage de Wharariki, château de sable et de vent

By Sophie Squillace

Posté le 12 novembre 2018

Avez-vous déjà remarqué sur une carte de la Nouvelle-Zélande cette langue de terre au Nord de l’Ile du Sud ? Farewell Spit et la plage de Wharariki sont parmi les plus beaux paysages du pays. Suivez-nous pour une immersion aux antipodes…


A l’ouest, le vent ne cesse de souffler ramenant les eaux de la mer de Tasman sur la côte, alors qu’à l’Est, la bande de terre forme un demi-cercle protégé. Bienvenue à Farewell Spit.

Un lieu isolé, sauvage et puissant

L’île du Sud de la Nouvelle-Zélande est réputée pour ses paysages grandioses et diversifiés. Direction la Golden Bay, la baie d’or, connue pour abriter le fameux parc national d’Abel Tasman. Plus au Nord, Puponga est le dernier village accessible en voiture avant d’atteindre la pointe du Cap Farewell. Il suffit ensuite d’ouvrir grand les yeux et de partir à pied vers la presqu’île de Farewell Spit avant de vous rendre à l’immense plage sauvage de Wharariki.

Les Maoris venaient pêcher et chasser ici il y a plus de 700 ans. Plus tard, Abel Tasman fut le premier européen à y poser le pied en 1642. Ce n’est qu’en 1770 que le Capitaine Cook baptise le lieu Farewell Spit lorsqu’il quitte la Nouvelle-Zélande. Un siècle plus tard, le premier phare est installé.

Aujourd’hui, Farewell Spit est malheureusement connu pour être le théâtre régulier d’échouages massifs de baleines-pilotes. Sans explication scientifique certaine, ce lieu piège des centaines de cétacés en perturbant leurs capacités de navigation.

Une des plus grandes réserves naturelles d’oiseaux au monde

Classée réserve naturelle depuis les années 30, cette presqu’île de sable de 34 kilomètres de long est un sanctuaire extraordinaire de vie sauvage. Plus de 90 espèces d’oiseaux recensées, 27 000 oiseaux d’une seule espèce observés. Chaque printemps, des milliers d’oiseaux migrateurs arrivent de l’hémisphère Nord, dont une colonie impressionnante de Fou de Bassan.

Seuls les premiers kilomètres de la presqu’île sont ouverts aux visiteurs. Quelques agences spécialisées vous proposent de vous emmener plus loin, jusqu’au phare.

A l’ouest de Farewell Spit, nous partons en balade sur l’immense plage sauvage de Wharariki. Ce n’est pas ici que vous verrez des hordes de touristes. Il y a du courant, beaucoup de vent et les conditions sont presque extrêmes. Ce n’est pas une plage pour se baigner, il n’y a pas de surveillance.

Pour y accéder, vous marchez une trentaine de minutes au milieu depâturages verdoyants peuplés de moutons, contrastant avec le bleu profond de l’océan. Progressivement, des dunes de sable annoncent la plage battue par les vents, jalonnée de grottes et d‘arches où se réfugient otaries et léopards des mers. Au large, d’immenses rochers surgissent de l’eau. Devant nous, l’océan à perte de vue. Nous sommes seuls au monde. Wharariki est un cadeau, mais chut… ne le dites à personne !

Quelques conseils aux visiteurs en voyage vers Farewell Spit

- Vous êtes loin de tout, dans un « cul-de-sac », Collingwood est le dernier hameau pour prendre de l’essence.

- Protégez-vous du vent, prenez manteau, stick à lèvres et chapeau.

- Quand le vent souffle fort, soyez prudents et essayez plutôt de venir tôt le matin, avant qu’il ne se lève trop.

- Attention aux marées, qui vont et viennent rapidement.

- Le camping sur place n’est pas autorisé, vous êtes dans un site protégé.

- Ramenez vos déchets avec vous.

- Evitez de fumer pour ne pas polluer sur place

- Gardez toujours une distance de sécurité avec la faune sauvage, entre les otaries, les léopards de mers et vous, laissez au moins 20 mètres.

Plage de Wharariki

Immense plage sauvage, un des plus beaux paysages du pays

Coordonnées

7073 Wharariki Road, Puponga, Tasman, NZ