Culture

l'autre visage de la Thaïlande

By Laure Croiset

Posté le 15 février 2011

"<em>Oncle Boonmee, celui qui se souvient de ses vies antérieures</em>", sort en DVD le 16 février chez Pyramide Vidéo. C&rsquo;est loin de toutes polémiques que nous vous présenterons cette œuvre plus simple qu&rsquo;il n&rsquo;y paraît, attachée culturellement aux croyances de la Thaïlande.


Un voyage primitif

Intervenant comme le prolongement de son court-métrage A Letter to Uncle Boonmee (disponible dans les bonus du DVD), ce long-métrage propose un voyage crépusculaire dans la nuit tropicale du nord-est de la Thaïlande. Cinéaste et artiste plasticien de renom, Apichatpong Weerasethakul est un enfant de Cannes. En 2002, il présente Blisfully Yours à Un certain regard. Deux années plus tard, il scotche tout le monde avec son percutant Tropical Malady qui obtient le prix du jury. Rien d’étonnant alors à ce qu’il remporte la Palme d’or en 2010.

Avec Oncle Boonmee, le cinéaste se souvient des paysages de sa jeunesse et des images qui l’ont hantées jadis. En mêlant ce regard mélancolique sans rien dissimuler du conflit politique qui hante la Thaïlande (les images de conflits dans le sud du pays qui défilent sur une télévision, entre autres), Apichatpong Weerasethakul offre une proposition inédite de cinéma.

Une beauté enchanteresse

Imaginez une jungle tropicale, des fantômes errants aux yeux rouges, une princesse éprise d’un poisson-chat et vous n’aurez capté qu’une part infime de cette splendide épopée au royaume des morts. "Les fantômes ne sont pas attachés aux lieux, mais aux personnes. Aux vivants", voilà ce qui apparaît dans ce cinéma à la beauté enchanteresse, où le paradis n’existe pas et le reflet n’est pas la réalité. Pourtant, tout ici n’est que bricole et métaphore. Faire apparaître un fantôme en filmant un miroir ou rendre la matière vivante en manipulant l’image par le son, on assiste à un hommage sans précédent au septième art. Les esprits de Méliès ou même Tim Burton planent au-dessus de ce film dont les résonances sont à la fois multiples et singulières.

Le DVD

Dans l’édition DVD proposée par Pyramide Vidéo, le réalisateur revient dans un entretien intitulé Oncle Apichatpong sur sa volonté de rendre hommage aux croyances de son pays et sur les différents films qui ont nourri son imaginaire. Bien plus qu’un entretien promotionnel, ce dernier révèle quelques clés pour la bonne compréhension de ce film, qui se révèle bien plus personnel et simple qu’il n’y paraît. "Finalement, le film adopte le point de vue d’un enfant. Il possède une certaine simplicité, une certaine naïveté". "Tout est sujet à l’émerveillement", confie-t-il volontiers.

Le DVD contient également plusieurs scènes coupées sélectionnées par le réalisateur, qui constitueront le prolongement nécessaire (et presque insuffisant) à l’émerveillement de ce "rêve étrange et beau", comme l’a souligné Tim Burton lorsqu’il lui a remis la Palme d’or 2010.

Laissez-vous donc envoûter et n’en disons pas trop... La surprise est de taille, croyez-nous.