Vécu et approuvé

Les îles Lofoten, le paradis norvégien

By Julie Vitry

Posté le 18 avril 2012

Récit d’un séjour enchanteur entre copines dans les îles Lofoten. A faire hors-saison pour en apprécier tout le charme tranquille...


Mai 2009. Je suis partie en Norvège avec trois copines pendant deux semaines. Nous avons passé la plus grande partie des vacances dans les îles Lofoten. Ces dernières forment un archipel situé tout au Nord du pays, où le tourisme est peu développé, les croisières mises à part. Nous avons même rencontré des habitants vraiment étonnés de voir des gens visiter leur île.

Les îles Lofoten, ce sont des cabanes de pêcheurs, des couchers de soleil de carte postale, deux bus par jour... Autant dire qu’un voyage comme celui-ci doit être préparé à l’avance parce que vous ne trouverez pas une agence pour vous aider là-bas ! Aujourd’hui, je ne me souviens plus de la façon dont nous avions organisé notre périple, comment nous étions allées d’un point à un autre... mais je me souviens bien des jolis villages, là où l’on ne croise que quelques pêcheurs par jour.

Une petite croisière pour se mettre dans le bain

Nous arrivons à Tromsø par avion, nous faisons une petite balade, la ville est charmante et annonce la couleur. C’est là que se trouve la cathédrale arctique à l’architecture atypique.

De Tromsø, nous prenons un bateau Hurtigruten pour faire une mini-croisière d’une journée. Nous voyons, entre autres, le Trollfjord, le bras de mer qui sépare les îles Lofoten des Vesteralen, un autre archipel. Faire un petit bout du voyage en bateau est une excellente idée, cela nous permet de voir les îles sous un angle différent, et c’est magnifique !

Des îles de toute beauté

Nous nous arrêtons à Stamsund où nous logeons dans une auberge sur pilotis pleine de charme, nous sommes les seules clientes ! Une super adresse : l’intérieur est cosy et des guitares sont à disposition des artistes - ou des novices d’ailleurs, on s’est improvisées guitaristes le temps de notre séjour, le propriétaire a dû avoir mal aux oreilles ! Impossible de la manquer, c’est la seule auberge ici.

Nos journées se résument à farniente et balades, le tout dans un cadre d’exception. Nous faisons un petit tour à Å, notre coup de coeur, petit village réputé pour la pêche à la morue. Le dépaysement est total, entre les sublimes paysages et les pittoresques cabanes de pêcheurs.

Dans la série "villages de pêcheurs", Nusfjord, nous a également séduites pour les mêmes raisons. Enfin, d’après le Routard, Reines est une étape à faire, une sorte de joyau des îles. Toutefois, nous n’avons pas de chance, les éléments se déchaînent et donnent à Reines un aspect terrifiant ! C’est justement là que nous expérimentons le stop, et ça ne marche pas dans les îles Lofoten ! Les conducteurs préfèrent nous saluer de la main plutôt que de s’arrêter.

Finalement, les îles Lofoten : tourisme de masse ou sérénité ?

En faisant des recherches sur Internet, j’ai lu que les villages regorgeaient de touristes l’été, alors qu’en mai, nous avons eu l’impression d’être seules au monde...

Nous avions rencontré un photographe néo-zélandais sur notre chemin. Il avait loué une voiture et c’est grâce à lui que nous avions pu voir des petits recoins déserts, des magnifiques couchers de soleils, des arcs-en-ciel, des plages...

De toute façon, un si bel endroit ne peut être entièrement préservé du tourisme de masse, et pour en apprécier sa tranquillité, il suffit de choisir la bonne saison pour s’y rendre. En mai, il ne fait pas froid, bien au contraire. Les îles bénéficient d’un excellent climat, à la fois frais et ensoleillé - pas de quoi sortir les tongs non plus !

Enfin, nous sommes reparties en passant par Bodø. Et pour le retour à la civilisation, nous avons pris un train jusqu’à Bergen, puis jusqu’à Oslo : 28 heures de trajet parmi de superbes paysages enneigés, voilà de quoi prolonger le voyage...