Babel Plans

L’Odeur du Café au cœur de la communauté de Fond Jean Noël

By Laetitia Santos

Posté le 24 juillet 2017

Il est des expériences de tourisme durable qui font toute la différence et donnent à votre voyage toute sa saveur… La rencontre avec les cultivateurs de Fond Jean Noël est assurément de celles là et elle est teintée d’un prononcé goût de café ! Vous êtes au beau milieu de la communauté des paysans du café de Fond Jean Noël, au Sud-Est de l’île d’Haïti et ici, s’expérimente le partage et l’échange avec son peuple de façon un peu magique. Rencontre avec Jesper, Fanel, Jean-Rony, Edmond et les autres, paysans, entrepreneurs, guides... et un peu envoûteurs !


Le 4X4 vous dépose au pied d’un immense « Bienvenue » écrit à l’encre de pétales. C’est simple ces hibiscus fraîches au sol, touchant, et ça s’accompagne de bien des sourires francs, quoique chacun s’observe encore de loin. Alors la grosse demi-heure de tape-cul nécessaire sur cette piste trouée de 14 km qui délaisse le bitume après Marigot pour grimper jusqu’à 800 m d’altitude, jusqu’au village de Fond Jean Noël, ça commence déjà à se dissiper dans nos esprits, presqu’aussi vite que les nuages qui viennent chahuter les mornes alentours...

Ici, pas d’accès à l’eau potable, pas de dispensaire, deux écoles publiques seulement pour 27 000 habitants... Mais alors y’a quoi à voir au juste sur ces hauteurs ? Rien de moins que le sel de votre voyage en Haïti du Sud...

Sur la Route du Café haïtien

Le sel... ou plutôt le café ! Ceux qui vous accueillent sont le coeur battant de l’APKF, l’Association des Planteurs de Café de Fond Jean Noël. 21 regroupements, 15 planteurs, pour tenter de redonner splendeur à cette culture du café qui connut un réel âge d’or en Haïti. Son dernier succès ? Pas plus tard qu’au début des années 2000, alors que l’Haitian Blue - composé de cinq terroirs différents dont celui de Fond Jean Noël - était côté en bourse ! Le café est bien une des pépites d’Haïti, dévaluées, comme de nombreuses autres aujourd’hui...

Au temps des colonies, la zone était extrêmement touffue, la culture caféière bien vivante mais c’était sans compter maladies et autres ravages climatiques, qui ont réduit la production de cet or ébène à une histoire quasi anecdotique.

Loin de se morfondre, les Haïtiens du coin se sont mobilisés. Ainsi, à Fond Jean Noël, c’est une communauté unie, organisée, innovante, qui a repris le filon de la filière café et s’active à relancer la production. Mieux encore : avec Rudy alias Rudolf Derose, entrepreneur et coordonnateur pour le RENAPROTS - Réseau National des Promoteurs de Tourisme Solidaire -, ils ont initié un projet touristique rural si exemplaire qu’une véritable ingénierie sociale s’est mise en place. De simples paysans, les habitants de Fond Jean Noël sont devenus artisans-torréfacteurs et guides par la même occasion grâce à cette Route du Café haïtien.

Et de sacrées personnalités en ont émergé, de Jesper, l’ancien à l’humanité éclaboussante, à Edmond, au physique ravageur, en passant par Yssone, Roseta, Fanel, Jean-Rony...

Café sans filtre

Le jeune Jean-Rony, instituteur revenu dans son village natal après des études à Port-au-Prince, nous embarque pour 2h de visite : on quitte le local de l’APKF en marchant dans les pas de Fanel pour rejoindre le coeur du village et la visite démarre dans le joli germoir naturel, fait de feuillages et d’ombrages. Là, on nous explique les premiers semis, les manteaux tissés de feuilles de bananiers jetés par-dessus terre pour protéger les petits de l’humidité et des pluies, le repiquage à 1 mois et 22 jours, les 6 mois de vie en pépinière avant d’être enfin plantés en pleine terre. Les premiers grains de café, il faudra attendre entre 2 ans et demi et 3 ans pour les récolter.

Ici, on pratique l’agroforesterie. Des plants de café sont éparpillés un peu partout, sur chaque parcelle de terrain, de chaque agriculteur, et à leurs côtés, des citronniers, des avocatiers, des orangers, des bananiers... La visite nous entraîne dans les méandres du village, on passe devant différentes maisonnettes, on profite de la vie haïtienne rurale dans ce qu’elle a de plus doux en saluant les gens croisés qui nous le rendent bien.

Ici, la communauté ne semble aucunement gênée de la venue de visiteurs étrangers. Mieux, l’ensemble de la communauté de Fond Jean Noël a été inclus dans ce projet touristique durable, formé et c’est tout le village qui bénéficie des retombées des visites. Pas de mendicité infantile ici comme ce peut être le cas ailleurs, mais une vraie vision sociale inculquée à une communauté préservée qui reçoit des visiteurs en petits groupes avec chaleur, bienveillance et générosité. De l’authenticité sans filtre dont chaque voyageur devra prendra soin pour ne pas la dénaturer.

Café allongé

Le clou de la balade ? La préparation et la dégustation d’un café à l’arôme bien corsé à l’image des Haïtiens qui le cultivent, au beau milieu d’un lakou familial - comprenez une cour communautaire en créole - où le visiteur est convié à participer.

On grille les grains collectivement, on les pile, on coule le café dans une chaussette maison et on en tire un petit noir à la saveur toute particulière. Et le tout en chanson, comme c’est souvent le cas dans les communautés traditionnelles où la musique est pratiquée à chaque moment de convivialité. La scène est tellement simple et forte à la fois qu’elle n’aurait pu être montée. Ne vous étonnez pas que l’on vous offre un morceau de pain avec votre tasse, c’est de coutume en Haïti de boire son café accompagné de pain, et même de l’y plonger dans le jus sombre.

Après la balade, retour au local de départ pour déjeuner un potage de chou et des haricots fraîchement sortis du jardin, continuer les échanges avec les jeunes, liens vivant entre traditions et modernité, avec les plus vieux, sages et plein de vie. La tablée est animée, chaleureuse, les deux heures de balade et de partage semblent avoir créé des liens humains sincères où Haïtiens et invités ont rendu compte chacun de leur réalité de vie, non sans se trouver des affinités...

On peut rapporter de leur liqueur de café, on peut adopter un jeune plant d’or noir et le baptiser comme il nous plaît afin de soutenir l’initiative et toute la communauté des paysans du café et c’est ainsi que prend fin cette visite solidaire sur la Route du Café.

C’est nous où il est trop serré ce café là ? On aurait bien penché pour une version beaucoup plus allongée tant l’expérience a été intense... À vivre à tout prix lors d’un voyage en Haïti pour une expérience humaine profonde et un tourisme engagé qui soutient intelligemment les communautés et leurs initiatives pour un quotidien meilleur de leur côté, et une vision plus affutée sur la société haïtienne du nôtre...

Route du Café en Haïti

La culture du café contée par une communauté de montagne avec qui partager un moment de vie intense. 30 $ la visite et 5 $ pour l'adoption d'un plant de café !

Tarifs
Visite
À partir de 3 EUR
Adoption d'un plant de café
5 EUR
Coordonnées

+ (509) 37015009 / + (829) 8747925

[email protected]

http://routeducafe.net/

HT