Culture

Méditerranée, amère frontière : seize plumes solidaires des migrants

By Élise Chevillard

Posté le 4 février 2020

En soutien à SOS Méditerranée, seize écrivains signent un recueil de fictions intitulé « Méditerranée, amère frontière ». Ce sont seize histoires qui nous racontent l’espoir, la traversée, mais aussi la déchirure de l’exil avec pour fil conducteur cette mer où se noient malheureusement trop souvent, les rêves des migrants.


Ils sont Nigérians, Sénégalais, Gambiens, Maliens, Ivoiriens, Soudanais, Erythréens…En 2019, 110.669 migrants et réfugiés ont pris la mer pour tenter de rejoindre l’Europe par la Méditerranée. Ils fuient la guerre, la faim, la torture, ou rêvent juste d’ailleurs, sur des bateaux de fortune. Selon les chiffres publiés par l’Organisation internationale pour les Migrations (OIM), 1.090 d’entre eux sont « morts ou portés disparus », faisant de cette voie maritime, un cimetière d’inconnus. Avant que la mer ne les engloutisse, l’association SOS Méditerranée s’emploie à leur porter assistance.

SOS Méditerranée au secours des migrants

Créée en 2015 en Allemagne et en France, également présente en Italie et en Suisse, SOS Méditerranée sauve en haute mer les hommes, les femmes et les enfants qui se lancent dans la traversée de la Méditerranée. Fondée à l’initiative de citoyens européens indignés face à ce qu’il se passait à quelques kilomètres des côtes européennes, l’ONG s’associe à Médecins sans Frontières pour organiser des opérations de sauvetage en affrétant des navires.

Entre 2016 et 2018, 29.523 personnes ont été secourues par le navire Aquarius. Si la première mission de SOS Méditerranée est de repérer les bateaux en détresse et de sauver de la noyade leur passager, à terre, elle entend rendre hommage aux disparus, sensibiliser le gouvernement et l’opinion publique sur le sort de ces migrants et témoigner de la situation en mer.

La contribution citoyenne passe aussi par l’écriture avec le recueil « Méditerranée, amère frontière » qui reversera ses bénéfices à l’association.

16 textes, 1 seule voix

Ce sont 16 écrivains, connus ou moins connus, auteurs de toute la Méditerranée, d’Afrique et d’Europe, qui nous livrent ici de courtes fictions « évoquant les migrations, l’exil, ou les relations entre l’Europe et les pays du Sud » expliquent les deux éditrices, dans la préface du livre.

Les récits, poèmes et nouvelles qui composent ce recueil sont francophones ou traduits de textes littéraires signés par des auteurs étrangers. Certains vivent au sud de la Méditerranée et en Afrique, d’autres vivent en Europe... Chaque auteur, avec son regard, son expérience, sa plume et sa nationalité, retrace le parcours de ces migrants.

La Méditerranée est ici sur toutes les lignes, une mer synonyme d’espoir, qui prend parfois la vie, et qui sépare des familles. Certains aimeraient partir, mais ne peuvent pas, d’autres ont réussi à traverser, d’autres encore n’ont jamais atteint l’autre rive. Une fois en exil, c’est parfois la solitude, la misère, le déracinement, la déchirure.

Qui sont ces seize écrivains ?

Ce livre s’inscrit dans une tradition d’ouvrages caritatifs publiés par Actes Sud, ici sous la direction de la journaliste Natalie Levisalles en collaboration avec Caroline Moine membre fondatrice de SOS Méditerranée France.

Ils sont tous auteurs et/ou journalistes, d’origines sénégalaise, marocaine, tunisienne, syrienne, libanaise, espagnole, turque, ou encore égyptienne, et vivent en France pour la plupart.

Parmi eux, Leïla Slimani, prix Goncourt 2016, avec « Chanson douce », se souvient de son enfance, quand elle vivait encore au Maroc, pays que beaucoup voulaient quitter. Mais aussi Samar Yazbek, journaliste syrienne, et opposante au régime de Bachar Al-Assad qui nous parle du déracinement et de la solitude qui en découle une fois en exil. Fawzia Zouari est une romancière tunisienne qui nous raconte le périple d’un jeune Tunisien depuis Lampedusa, jusqu’aux rues de Paris. Et puis il y a d’autres réalités, comme celle comptée par l’écrivain algérien Samir Toumi sur le drame de ces mères algériennes qui recherchent leur enfant disparu en mer.