Babel Plans

Quand Ciudad Móvil mène la danse à Carthagène

By Laetitia Santos

Posté le 29 avril 2013

Un centre culturel indépendant chaud bouillant à l’image de son couple de danseurs stars, Dina Candela et Lobadys Pérez Barrera.


Le projet n’a même pas soufflé sa deuxième bougie que déjà, on a envie de lui souhaiter une longue vie. Car Ciudad Móvil fait partie de ces initiatives bénévoles nées dans la rue qu’il faut saluer chaleureusement et soutenir avec ferveur : neuf jeunes artistes louent ce local dans le quartier populaire de Getsemani à Carthagène des Indes, l’ont remis à neuf tous ensemble en colorant les murs avec autant d’ardeur que la joie de vivre qui émane aujourd’hui du lieu, et ont créé un bouillonnement artistique intense comme il en existe peu en Amérique du Sud.

Ici, il y en a pour tous les âges et surtout, pour tous les goûts : de la danse bien évidemment qui se décline en autant de styles que la capoeira, la zumba, le flamenco, la salsa ou encore le hip-hop, mais aussi du yoga, des arts martiaux, du reiki, du théâtre, du cirque, de la photographie ou encore du cinéma. Ouf ! L’idée est que chaque personnalité s’y retrouve et surtout, que chaque quartier s’y côtoie, sans rivalité aucune. Dans les locaux de Ciudad Móvil, Dina et Lobadys mettent un point d’honneur à faire vivre leurs objectifs communs : créer pour promouvoir le développement personnel, l’intégration sociale, la conscience écologique, l’éducation au respect de la loi, la prévention et la résolution des conflits… Autant d’enjeux qu’ils sont persuadés de pouvoir améliorer à grands coups de choré !

Et quand on va à leur rencontre, on ne peut qu’y croire tant leur énergie est belle à voir. Ces deux-là se sont bien trouvés, elle originaire de Sicile tombée en amour pour ce bel artiste colombien et sa patrie, lui chef d’orchestre de ce laboratoire artistique qui regorge d’idées et d’humanité. Ensemble, ils sont à la tête de Periferia, une compagnie de danse qui vous fera volontiers démonstration de ces talents si vous osez leur rendre visite. Tous sont jeunes, beaux, athlétiques, emplis de volonté et animés d’une même passion.

Pour subsister, Ciudad Móvil propose la participation libre à n’importe quel cours pour la somme ridicule de 3000 à 5000 pesos, soit entre 1 et 2 euros, ainsi qu’une buvette et un petit restaurant de quartier noyé dans un jardin tropical tout au fond de l’enceinte colorée.

Pour sentir battre le pouls de la jeunesse colombienne, avoir une petite démonstration du rythme qui coule dans ses veines et tenter avec eux de dépasser une réalité politique et sociale souvent difficile au quotidien, rendez-leur visite, participez à un de leurs cours et laissez leur en échange quelques pesos et plein d’encouragements…

Ciudad Móvil

Centre culturel indépendant mené par des jeunes qui ont la danse dans le sang, en plein quartier populaire de Getsemani

Coordonnées

(+ 57) 3116520842

[email protected]

Calle Lomba, Carthagène, 3060, Bolívar, CO