News

Transformer plutôt que relancer le tourisme, selon l’ADT

By Élise Chevillard

Posté le 20 juillet 2020

Photo Sources: Faungg's photos.

Le tourisme doit-il se réinventer pour sortir de la crise? Oui, explique l'ATD (Acteurs du Tourisme Durable) dans son « Manifeste pour un plan de transformation du tourisme ». L’association qui compte 130 professionnels, nous expose ses propositions pour reconstruire durablement le tourisme et le relancer vers un modèle plus respectueux de l’environnement et des humains.


Secteur le plus touché par la crise liée à l'épidémie de coronavirus, le tourisme doit aujourd’hui engager une transition pour continuer d’exister. Mais comment se réinventer ? L’ADT défend quatre priorités : la sobriété carbone et la préservation environnementale ; l’entraide, la solidarité et la justice sociale ; les retombées économiques locales, et enfin le tourisme de sens. Pour chacune de ces problématiques, le Manifeste explore des mesures capitales.

Protéger l’environnement

D’après plusieurs études, « le tourisme est considéré comme responsable de 8 % des émissions de gaz à effet de serre, dont plus des deux tiers imputables aux déplacements ». Comment donc continuer à voyager tout en réduisant son impact ? C’est la première problématique abordée dans le Manifeste.

Parmi les actions envisagées par l’ADT, on retrouve la décarbonisation du secteur des transports touristiques avec le développement du réseau ferroviaire, la réduction de la TVA sur les billets de train, et la promotion des mobilités douces.

En matière de logements, l’ADT suggère l’obligation de rénover énergétiquement les hébergements touristiques. Et en ce qui concerne l’environnement, elle propose la lutte contre l’acidification des océans et l’artificialisation des sols, ainsi que la préservation de la biodiversité, des habitats et des paysages.

Protéger l’humain et le sensibiliser

Pour engager cette transition vers un tourisme plus responsable et durable, encore faut-il comprendre tous les enjeux. « Entraide, solidarité et justice sociales » est le deuxième point abordé dans le Manifeste. Des grands axes autour de la sensibilisation du public et des professionnels du tourisme via des campagnes de formation aux enjeux du tourisme durable sont notamment proposés. L’ADT suggère ainsi de soutenir les initiatives en matière de tourisme social et solidaire, mais aussi de mettre en place des outils de financement pour permettre la résilience des professionnels du tourisme en cas de crise.

Le touriste aussi doit engager cette transition et changer sa façon de voyager. C’est pourquoi le Manifeste émet l’idée de développer un passeport du voyageur citoyen du monde soulignant ses obligations citoyennes et solidaires.

Imaginer un tourisme qui a du sens

Dernier thème abordé, le tourisme de sens. L’ADT préconise ainsi plusieurs mesures dont celle de l’accompagnement des professionnels à développer des offres touristiques durables, qui passe notamment par une contribution financière. La lutte contre le surtourisme, sera l’autre cheval de bataille de ces prochaines années. Conséquence du tourisme de masse, il est considéré comme une menace pour la qualité de vie des locaux mais aussi pour le patrimoine culturel et l’environnement. Pour certaines destinations très prisées des voyageurs comme Venise, Barcelone ou Dubrovnik, il est désormais question de limiter le tourisme pour le préserver.