Babel Plans

Venez trouver refuge au Toî du Monde dans le Val d’Arly

By Élise Chevillard

Posté le 29 mai 2020

Dans le Val d’Arly, à Flumet, Florent et Laetitia se sont lancés dans le projet de toute une vie, en rénovant l’ancienne ferme familiale pour en faire un éco-gite et un restaurant. Face au Mont-Blanc, le Toî du Monde conjugue confort et charme montagnard avec engagement responsable et autonomie énergétique.


Aux portes du Mont-Blanc, entre Megève et Ugine, le Val d’Arly court sur une vingtaine de kilomètres, situé sur un territoire de moyenne montagne et façonné par le travail des agriculteurs. Il prend le nom de la rivière qui traverse la vallée et irrigue ses six stations-villages : Saint-Nicolas-la-Chapelle, La Giettaz, Notre-Dame-de-Bellecombe, Crest-Voland, Cohennoz et enfin Flumet. C’est dans ce dernier village à l’âme montagnarde et préservée, au bout d’une montée ardue qu’il faut dompter, qu’est perché le Toî du Monde.

Une seconde vie pour la ferme de sa grand-mère

Sur le mur du salon commun de l’éco-gite, la photo d’une femme attire notre attention. Cette femme en noir et blanc, c’est la grand-mère de Florent qui vécut dans cette ferme, et avant elle depuis 1886, plusieurs générations de sa famille. Du temps de sa grand-mère, Florent se souvient des longs mois d’été qu’il passait ici, des toilettes au fond du jardin, des repas de famille dans le grand salon. « A l’époque, on élevait ici des poules, des lapins et des porcs, les vaches se trouvaient à l’emplacement des chambres » raconte Florent.

Aujourd’hui tout a changé, mais la structure est restée la même. Quand Florent hérite de la ferme, très vite, en faire un gîte s’impose pour lui comme une évidence afin de la faire revivre tout en la gardant dans le patrimoine familial. « L’idée, c’était d’avoir un bâtiment autonome en énergie, neutre en carbone et de faire comme à l’époque de ma grand-mère tout en y apportant du confort » explique cet ancien ingénieur.

« Nous avons voulu inventer un tourisme différent qui prend en compte l’environnement, en minimisant notre impact et en travaillant avec des partenaires locaux ». L’isolation en laine bois est fabriquée du côté de Lyon. Des panneaux solaires ont été installés pour l’eau chaude et le chauffage et quand ce n’est pas suffisant, c’est le chauffe-eau alimenté avec des bûches qui prend le relais.

Des chambres authentiques et confortables

Après deux années de travaux, le Toî du Monde a ouvert en décembre 2019. Il propose cinq chambres, et peut accueillir de 2 à 20 personnes. Les chambres se transforment selon les envies et le nombre de personnes en suite familiale ou chambre tribu. Chacune est équipée d’une salle de bains et de toilette. Côté déco, le bois prédomine et crée une ambiance à la fois rustique et chaleureuse. On retrouve dans les chambres, des miroirs posés sur d’anciennes portes provenant de la ferme, et les anciens planchers aussi ont été récupérés et brossés pour habiller l’intérieur du bâtiment.

Pour le petit-déjeuner, que vous soyez en chambre d’hôtes ou en gîte privatisé, vous vous retrouverez tous ensemble autour de la grande table de la cuisine. L’occasion de découvrir des fromages du coin, mais aussi de goûter au saucisson qu’ils font eux-mêmes ! Un voyage culinaire local qui se poursuivra également dans les assiettes du restaurant.

Un projet qui met aussi du sens dans les assiettes

Situé dans la grange de la ferme sur plusieurs étages baignés de lumière, le restaurant est ouvert à tous, que ce soit pour dîner ou prendre un verre accompagné de tapas.

« Nous avons voulu garder la vocation agricole de la ferme en cultivant un potager » raconte Florent. En cuisine, le chef Thomas compose ses plats avec les légumes de saison qu’il cueille le matin pour les magnifier à midi. La carte volontairement réduite, est un gage de qualité. Bœuf bourguignon au genépi, magret fumé « par nos soins », mousseline de potiron, bavarois aux myrtilles, verrine pommes de Savoie façon tatin…. Du fond de veau jusqu’aux desserts, tout est fait maison.

Pour le reste, le Toî du Monde s’approvisionne chez les fromagers, maraîchers et autres producteurs du coin. « Ce que j’aime ici, c’est qu’il y a encore une vie agricole. On a tout ce qu'il faut en Savoie pour bien manger » ajoute Florent. Et si jamais il y a des restes dans les assiettes (ce qui est rare nous assure-t-il) les déchets iront directement alimenter le compost. Certains soirs, le restaurant s’anime lors des concerts programmés ou improvisés, qui mettent en avant les groupes de la région.

Été comme hiver, des activités respectueuses de la nature

Devant l’éco-gite, des bornes permettent également de recharger les batteries de vos véhicules électriques. Mais le mieux est encore de laisser sa voiture au parking. A terme, Florent compte mettre à disposition des vélos électriques pour les voyageurs. En attendant, en été, à pied ou en vélo électrique, partez sillonner les sentiers et les routes de cette haute vallée, sur des sentiers balisés tout en respectant la nature. Le Val d’Arly engagé dans un tourisme durable et responsable peut se vanter d’avoir été un précurseur en matière de vélo électrique.

Au programme des activités : parapente, via ferrata, pêche, canyoning, visite théâtralisée du bourg de Flumet, ancienne citée médiévale. Dès cet été, retrouvez dans les rues un spectacle décalé intitulé « Échappée baroque » qui mêlera danse et théâtre.

Envie d’aller à la rencontre des artisans, producteurs et autres visages du Val d’Arly et de découvrir les produits du terroir en poussant la porte de leur boutique ou en visitant des fermes ? Tout est possible ! A Flumet, la coopérative fruitière du Val d’Arly s’inscrit dans une démarche de transmission. Lors d’une visite interactive et ludique, venez découvrir les secrets de fabrication du Reblochon, de la collecte du lait à l’emballage du fromage. Avant de partir, n’oubliez pas de passer au magasin pour faire le plein de produits du coin : Chevrotin, Reblochon, Beaufort, Tomme de Savoie...

L’hiver, les prairies où broutent les vaches servent de pistes de ski. La glisse se conjugue ici sous toutes ses formes dans deux grands domaines skiables accessibles au départ du Val d’Arly. Pour faire les navettes, un bus a été mis en place. D’un côté, l’Espace Diamant avec ses 185 km de pistes, et de l’autre Les Portes du Mont-Blanc, avec plus de 100 km de pistes.

Si le ski est roi, le Val d’Arly propose aussi des initiations aux nouvelles glisses. C’est le cas pour la Fat Trott’, une trottinette équipée de larges pneus, que l’on pourra découvrir avec des accompagnateurs passionnés, ou encore du ski-bob, un engin en forme de bicyclette, muni de deux patinettes à la place des roues qui se pilote à l'aide d'un guidon. Au programme également, de nombreux sentiers balisés réservés aux raquettes, et même la possibilité de faire un tour en dameuse, pour découvrir les coulisses de la préparation des pistes.