Société

Voyage Éthiopie : sa culture et son peuple hétéroclite

By Marion Boissy

Posté le 14 septembre 2018

Vous envisagez l’Éthiopie comme prochaine destination de voyage ? Partez à la découverte d’un pays aussi riche de son patrimoine naturel que culturel.


Berceau de l’humanité, l’Éthiopie invite au voyage pour partir à la découverte de la terre de nos ancêtres : c’est en effet à Addis-Adeba que l’on y retrouve en 1974 le squelette de l’australopithèque Lucy. Un circuit en Éthiopie nous fait découvrir des paysages singuliers, entre les verdoyants plateaux d’Abyssinie, les lacs de vallée du Rift, ou encore le magnifique désert du Dakanil et ses célèbres volcans Dallol et Erta Alé. Fort de sa culture et de l’ancienneté de sa civilisation chrétienne, le pays abrite également de véritables trésors d’architecture, en particulier les églises de Lalibela creusées dans la roche. Mais un voyage en Éthiopie aspire avant tout à la découverte d’un peuple aussi étonnant qu’hétéroclite, avec ses coutumes et ses traditions. Plongée au cœur de la beauté et de la culture de cette perle de la Corne d’Afrique.

L’Éthiopie : des paysages préservés par son peuple

Le tourisme en Éthiopie est encore plutôt rare, et ses paysages n’en sont que mieux préservés. Le pays attire des voyageurs responsables, désireux de vivre un voyage d’aventure et d’aller à la rencontre des peuples locaux.

Partir en Éthiopie permet de découvrir une vaste variété de paysages, qui diffèrent selon chaque région. Le départ des circuits se fait bien souvent depuis Addis Adeba, capitale du pays. Il est ensuite souvent proposé de visiter l’Éthiopie du Sud au Nord.

Les paysages du Sud du pays sont les plus hospitaliers. On y découvre alors les terres fertiles de la vallée du Rift et ses nombreux villages traditionnels, le parc national de Nechisar et son incroyable faune, les innombrables crocodiles se rassemblant sur les rives du lac Chamo, ou encore les plaines et montagnes escarpées du parc national du Mago.

En s’envolant vers le Nord, les paysages changent et on découvre alors les principaux sites de l’Abyssinie que sont Badhir Dar, Gondar et Lalibela. Les chutes du Nil Bleu plongent dans une végétation tropicale. Après une après-midi sur le lac Tana, d’origine volcanique, la visite de la ville de Gondar permet de découvrir la richesse culturelle et historique de celle qui fut la capitale du royaume d’Éthiopie entre le 17e et le 19e siècle. Le trek sur les hauts plateaux d’Abyssinie dans le Parc National du Simien est également un incontournable du voyage en Éthiopie : en 3 à 4h de randonnée, on y admire un panorama unique sur les plateaux et les canyons.

Terre d’Afrique, l’Éthiopie est située dans la région où le continent abrite le plus grand nombre de volcans en activité. La traversée du Désert du Dakanil permet d’approcher de près la beauté du volcan Erta Alé, en éruption permanente, et Dallol, un volcan éteint devenu lac d’acide. La randonnée se fait sur plusieurs jours, ce qui implique de devoir passer au moins une nuit sous tente au campement de Mekele. Bien qu’officiellement déconseillée par le Quai d’Orsay, la traversée du désert Dakanil se déroule sans risque en passant par une agence de voyages compétente. Le choix d’un bon guide est en effet essentiel afin d’être correctement entouré et de maîtriser aussi bien les risques liés aux conditions particulièrement rudes du trek que la communication avec les locaux en cas de problème. Des voyagistes proposent différents circuits pour vous permettre de découvrir le pays en toute sécurité et selon un principe de tourisme responsable. Certains guides locaux francophones sont réputés pour leur excellent contact avec les populations locales, qui permet aux voyageurs de s’aventurer en petit groupe hors des sentiers battus, mais également d’aller à la rencontre des peuples, souvent en passant une voire plusieurs nuits avec des habitants d’une ville. Une rencontre particulièrement mémorable dans le cadre d’un voyage Ethiopie, car le peuple éthiopien fait partie des plus hospitaliers d’Afrique.

Rencontrer les peuples et ethnies d’Éthiopie

Les peuples d’Éthiopie sont organisés autour d’un fédéralisme ethnique, qui permet de découvrir des traditions et des cultures tout à fait différentes d’une région à l’autre du pays. La mosaïque des peuples éthiopiens est composée de 80 ethnies.

Les Omoros et les Amharas sont les plus nombreux, et représentent chacun environ 30% de la population. La langue officielle du pays est d’ailleurs l’amharique. La présence de l’ethnie des Omoros, quant à elle, se prolonge au-delà du territoire éthiopien, notamment en Somalie et au nord du Kenya.

Au total, plus de 70 langues sont parlées en Éthiopie, ainsi que 290 dialectes. L’anglais est cependant enseigné à l’école, et la plupart des Éthiopiens le parlent sans problème. Il est donc tout à fait possible d’avoir de véritables conversations avec eux pour faire des rencontres humaines inoubliables.

Il est impossible d’effectuer un découpage religieux clair du pays, car chaque ethnie peut contenir des populations chrétiennes (protestantes, monophysites ou catholiques), musulmanes, animistes (croyances aux esprits et à une force vitale animant êtres vivants et éléments naturels), juives ou agnostiques. Les peuples animistes sont cependant plus présents au Sud du Pays, dans les villages de la vallée du Rift. La rencontre avec les peuples animistes fait partie des moments forts d’un voyage en Éthiopie, et constitue un véritable choc des cultures en immersion avec des traditions radicalement éloignées des coutumes occidentales. On y découvre les différentes traditions et coutumes autour des croyances liées aux esprits et aux âmes des entités. Plus qu’une religion, l’animisme est un véritable art de vivre et de voir le monde. Rencontrer les peuples animistes permet de découvrir une toute autre vision de la nature, des cultures, et de l’espèce humaine.

Le parc du Mago, fondé en 1975, abrite également une ethnie fascinante : il s’agit du peuple Mursi, vivant en bordure du lac Omo. Le mode de vie ancestral et la parure des femmes, que l’on appelle communément « femmes à plateau », ont rendu célèbre cette tribu restée longtemps isolée du monde. C’est l’une des raisons pour lesquelles il est indispensable de faire preuve de retenue si l’on souhaite, en tant que touriste, prendre une photo.

Conseils aux voyageurs et codes culturels à adopter

· Prendre des photos

Comme partout ailleurs, la courtoisie est essentielle et il est important de ne pas faire passer votre curiosité pour du voyeurisme auprès des populations locales. Veillez donc à demander l’autorisation avant de prendre des photos des tribus, et faîtes preuve de patience en cherchant à créer doucement le contact. Les tribus du Sud vous demanderont, souvent, une petite contribution pour faire une photo de la population. Il est par ailleurs interdit de prendre des photos des bâtiments publics, ou de pénétrer dans une banque avec un appareil photographique.

· Respecter les traditions

L’hospitalité est une valeur très importante pour les Éthiopiens. Les échanges sont faciles et chaleureux, il est aisé de créer le contact avec les populations locales.

Selon les religions de chaque ethnie, il faudra veiller à vous montrer respectueux des traditions. Il est particulièrement important, notamment, de se vêtir correctement lors de la visite d’une église. Sachez que contrairement à nos habitudes, les femmes doivent se couvrir la tête à l’intérieur des lieux de culte.

· Confort et hébergement

Un voyage en Ethiopie n’est pas un voyage de confort où l’on profite de nuits dans des hôtels luxueux. Les conditions d’hébergement sont difficiles, y compris dans les meilleurs hôtels. Soyez donc préparés à certaines pannes d’eau ou d’électricité. Il est naturel de ne pas être hébergé dans des conditions luxueuses au sein d’un pays où les habitants sont eux-mêmes confrontés à des conditions de vie difficiles.

Partir en Ethiopie annonce la promesse d’un voyage d’aventure au cœur d’une nature préservée de l’Homme, et d’un peuple riche d’histoire fidèle à ses traditions et coutumes. Notre responsabilité, en tant que voyageur, est de continuer à préserver cette nature, mais aussi de respecter les tribus ayant choisi l’isolement pour garder leurs modes de vie ancestraux. Partez dès à présent sur les traces de la reine de Saba pour découvrir la beauté et la culture de l’Ethiopie.