Archivo Storico Lampedusa : une rencontre qui marque

Babel Plans

Par Ilaria Tonti

Posté le 13 octobre 2020

Située à 205 km au sud de la Sicile et à seulement 113 de la Tunisie, Lampedusa est une île italienne qui fait partie de l’archipel des Iles Pélages. Surtout appréciée pour ses beautés naturelles, ses eaux limpides et ses fonds marins exceptionnels, son histoire, méconnue, est non moins fascinante. Elle nous aide à saisir l’essence même de cette île « perdue » au milieu de la Méditerranée et à comprendre son importance, au carrefour entre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient.


Avis aux amateurs : si vous souhaitez vous renseigner sur l'histoire de Lampedusa, sa culture, ses traditions, ne cherchez pas d'office de tourisme ni de librairie sur place, vous n'en trouverez pas. Une adresse s'impose, incontournable : l'association culturelle "Archivio Storico Lampedusa", située au bout de la via Roma, la rue principale de la ville, qui porte le même nom que l’île.

À la recherche d'un passé oublié

Créée en 2016 par Antonino Taranto, un napolitain transplanté à Lampedusa une bonne partie de l'année, cette association est un lieu chaleureux et une mine d'informations, à l'image de son fondateur. Nino vous y accueille avec discrétion et bienveillance et sera ravi de satisfaire votre curiosité et de partager avec vous ses connaissances et son amour de l'île.

On y apprend par exemple que Lampedusa a été habitée depuis la préhistoire, mais qu'il reste aujourd’hui très peu de vestiges de cette époque. Il n’y a malheureusement presque plus de traces des huttes de l'âge du Bronze, ni du château médiéval qui surplombait le port, du reste. On y apprend également que dans l’Antiquité, une colonie grecque florissait sur l’île, avec sa propre monnaie, à l'effigie de Zeus d’un côté et d'un thon de l’autre ; que les Romains s'y étaient installés en bon nombre et y produisaient le "garum", un assaisonnement à base de poisson dont ils raffolaient ; que les villas romaines étaient embellies de décors en marbre, comme en témoigne la statue d'Athéna, conservée au Museo della fiducia e del dialogo per il Mediterraneo.

Encouragée par un ami amateur des lettres, on interroge Nino pour savoir s’il reste des traces de la famille Tomasi di Lampedusa, dont l'illustre descendant Giuseppe Tomasi di Lampedusa est l'auteur du célèbre roman Le Guépard. À ma grande surprise, mâtinée d'une certaine déception, Nino nous apprend que cette noble famille sicilienne, à qui le roi d'Espagne avait cédé l'île en 1667 - d'où le titre royal "princes de Lampedusa" -, eh bien n'a jamais mis les pieds sur l'île et n’y possède pas le moindre palais.

Nino tient à nous montrer une citation de Denis Diderot datant de la moitié du 18ème siècle : “Ah ! Mes amis, si nous allions finalement à Lampedusa, pour fonder une petite communauté de gens heureux au beau milieu de la mer, loin de la terre ! Lampedusa est une petite île déserte de la mer d'Afrique, située plus ou moins à mi-chemin entre la côte tunisienne et l'île de Malte. Elle foisonne de poisson, elle est couverte d'oliviers sauvages, la terre est fertile, le froment et la vigne prennent bien..."

Lampedusa, depuis longtemps modèle de tolérance entre les peuples

De nombreux peuples et civilisations sont passés par Lampedusa à travers les siècles : Phéniciens, Grecs, Romains, mais encore Musulmans, Normands, Turcs, Maltais, Français, Anglais. La liste est longue. Il paraît que même les Russes se sont intéressés à l’île et ont souhaité l’acquérir pour en faire une base militaire stratégique en Méditerranée ! Poussés par des intentions plus ou moins belliqueuses et des intérêts divers, tous ces peuples ont trouvé un abri sur l'île, et de quoi approvisionner leurs bateaux et nourrir leurs équipages. Certains y ont fondé des colonies, d'autres de petites communautés, avec plus ou moins de succès.

Après des siècles de batailles sanguinaires et d'affrontements sans merci, avec leur lot de pillages, dévastations, déportations et autres ravages, une cohabitation pacifique et durable entre chrétiens et musulmans est enfin possible vers la moitié du 18ème siècle. C'est alors que la Cour de Constantinople délivre une sorte de permis de séjour aux colons installés sur l'île, à condition que ceux-ci prêtent assistance et approvisionnent en victuailles non seulement les bateaux chrétiens, mais également les vaisseaux des corsaires barbaresques.

Aujourd'hui, Lampedusa exemple de solidarité pour l'humanité

Dans des temps plus récents, Lampedusa a fait la une des journaux du monde entier à cause de la crise des migrants en Méditerranée. Une fois de plus, Lampedusa a été appelée à faire preuve de tolérance et d'hospitalité, renouant ainsi avec sa vocation de pont entre les continents. Face aux débarquements en masse de migrants, elle a secouru, soigné, accueilli, nourri - mais aussi pleuré - des milliers de gens en quête d'un meilleur avenir.

Des dizaines de personnes se sont mobilisées et continuent de se battre pour la cause des plus démunis. Nino en fait partie et nous souhaitions ici rendre hommage à son travail formidable de recherche et de partage, empreint surtout d'une profonde humanité. Merci !

Archivo Storico Lampedusa

Une asso culturelle chaleureuse pour tout savoir de l'histoire de l'île et de sa culture.
Contact : Antonino Taranto, fondateur

Coordonnées

+39 3683297461

[email protected]

http://www.archiviostoricolampedusa.it

Via Roma 8, Lampedusa e Linosa, undefined, Sicilia, IT

Archivo Storico Lampedusa

Une asso culturelle chaleureuse pour tout savoir de l'histoire de l'île et de sa culture.
Contact : Antonino Taranto, fondateur

Coordonnées

+39 3683297461

[email protected]

http://www.archiviostoricolampedusa.it

Via Roma 8, Lampedusa e Linosa, undefined, Sicilia, IT